Le Blog de Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com Propriétaire de grands crus classés Fri, 09 May 2014 09:40:41 +0000 en hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.0.3 Interview de Bernard Magrez sur la Web TV ‘Bordeaux TV’ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/interview-de-bernard-magrez-sur-la-web-tv-bordeaux-tv/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/interview-de-bernard-magrez-sur-la-web-tv-bordeaux-tv/#comments Fri, 09 May 2014 09:37:50 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2280 Interview de Bernard Magrez sur la Web TV \’Bordeaux TV\’

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/interview-de-bernard-magrez-sur-la-web-tv-bordeaux-tv/feed/ 0
« Bernard Magrez, l’homme qui ne renonce jamais. » Sud-Ouest Magazine, 3 mai 2014. http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/bernard-magrez-lhomme-qui-ne-renonce-jamais-sud-ouest-magazine/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/bernard-magrez-lhomme-qui-ne-renonce-jamais-sud-ouest-magazine/#comments Wed, 07 May 2014 16:42:21 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2273 lire la suite]]> « S’il possède 40 vignobles dans le monde, dont quatre grands crus classés en Gironde, la fortune ne l’a pas apaisé. A 78 ans, l’ »intranquille » Bernard Magrez n’a qu’un remède pour se rassurer : « créer ». Sans cesse. »

Retrouver l’article signé Jefferson Desport dans son intégralité ici.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/bernard-magrez-lhomme-qui-ne-renonce-jamais-sud-ouest-magazine/feed/ 0
La Pinasse à voile « Bleu de Mer » au chantier naval Bossuet. http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-pinasse-a-voile-bleu-de-mer/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-pinasse-a-voile-bleu-de-mer/#comments Fri, 25 Apr 2014 07:31:47 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2259

Clicker sur l'article pour agrandir

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-pinasse-a-voile-bleu-de-mer/feed/ 0
La fameuse collection de Calices du Château Pape Clément http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-fameuse-collection-de-calices-du-chateau-pape-clement/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-fameuse-collection-de-calices-du-chateau-pape-clement/#comments Wed, 23 Apr 2014 14:19:32 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2248 lire la suite]]> « Calice » vient du mot grec kulix. C’est un vase sacré de la liturgie chrétienne, présentant la forme d’une coupe évasée portée sur un pied élevé. Il est employé dans la célébration eucharistique pour la consécration du vin, devenant ainsi le sang du Christ. Le calice rappelle la coupe de vin de la Dernière Cène. Le calice était souvent en matière noble, or, argent ou vermeil, parfois incrusté de pierreries ou d’émaux. Le calice figure sur les armoiries de la Galice, région d’Espagne. Le calice est souvent représenté accompagné d’une hostie.


C’est aussi le thème littéraire du Saint Graal : le vase contenant le sang du Seigneur accompagné de la lance de Longin. Dans les Evangiles, l’ange de la Consolation apporte au Christ un calice, au Jardin de Gethsémani, durant son agonie. Dans les œuvres d’art, on représente aussi parfois les anges recueillant le sang du Christ sur la Croix, durant la Passion, coulant de ses plaies, dans des calices. Ceci a donné lieu à l’expression «boire le calice jusqu’à la lie» ce qui signifie endurer une épreuve, une douleur jusqu’à son terme.


Je possède moi-même une collection de ces objets sacrés et précieux. Le Château Pape Clément qui tient son nom de son célèbre propriétaire le Pape Clément V (de son nom de baptême Bertrand de Goth), abrite ma collection dans le salon des Papes du Château.

Le calice est formé de trois parties essentielles, emboîtées sur une tige centrale. Répondant à des besoins liturgiques, elles ont chacune une fonction déterminée :

-le pied assure la stabilité du calice une fois posé

-le nœud, renflement de la tige, sert à sa préhension et à son ostension au cours de la messe

-la coupe est destinée à contenir le vin.

Au cours des siècles, des éléments purement décoratifs ont été ajoutés : dans la 2e moitié du XVe siècle, apparaît la fausse-coupe, dans laquelle vient s’emboiter la coupe unie et lisse ; elle porte le décor que cette dernière ne peut recevoir.  A partir du XVIIe siècle, des collerettes accompagnées ou non de bagues apparaissent de part et d’autre du nœud.

Les premiers calices, ceux des apôtres, étaient vraisemblablement en bois, et cet usage semble perdurer jusqu’au milieu du IXe siècle, date de son interdiction par le pape Léon IV (847-855). Aucun calice en bois n’a été recensé en France. L’emploi exclusif de l’or et de l’argent aurait été ordonné par le pape Zéphyrin (198-217). Du XVIe au XVIIIe siècle, il est régulièrement demandé que l’intérieur de la coupe soit obligatoirement doré. Depuis la fin du XIIe siècle, une coupe en or ou en argent doré peut surmonter un pied fait d’un autre matériau, moins noble.

On trouve ainsi l’emploi de cuivre ou de laiton, d’étain, d’ivoire, plus rarement de corne, ou de faïence, en complément ou en remplacement de l’argent doré. Au XXe siècle : l’argent est le matériau privilégié, il peut être orné de décor en ivoire, de pierres précieuses ou de matériaux de synthèse mais depuis le concile Vatican II (1962-1965), l’usage de matériaux précieux n’est plus devenu exclusif.

Dans la fameuse collection de calices du Château Pape Clément, les plus anciens datent du XVIIème siècle (1640). Certains en argent, insculpés en 1800 figurent des angelots ciselés, des rameaux et gerbes d’épis ou des roseaux et pampres. Leur nœud peut être ceinturé de perles et de tors de lauriers. D’autres, en vermeil redoré arborent des angelots et un ombilic à trois panneaux figurant la crucifixion, le mouton mystique et le pélican, symbole de la charité. Quelques-uns s’accompagnent d’une patène,  une petite assiette, généralement en métal doré, sur laquelle repose le pain (l’hostie principale) qui va être consacré par le prêtre au moment de la consécration, lors d’une cérémonie eucharistique.

Cet objet liturgique du christianisme est lié de par sa fonction au calice (utilisé pour le vin) sur lequel il repose hors du moment de la consécration proprement dite.

Aujourd’hui, comment ne pas retrouver cette thématique qui a vraisemblablement inspiré de grands créateurs comme celui, resté anonyme, du verre mythique Harcourt de Baccarat. Créé en 1841 mais baptisé ainsi vers 1920, il est le modèle le plus ancien de Baccarat et symbole indissociable de son identité. Comment ne pas y voir l’influence de la forme dessinées des calices. Le service répond d’ailleurs spécifiquement au « style » Louis-Philippe, constitué d’emprunts divers à l’histoire des formes du passé, qui feront l’Historicisme et l’Éclectisme, style encore caractérisé par son accessibilité en termes de confort à l’usage. Il n’est pas faux d’évoquer alors une certaine inspiration Médiévale ou Romane pour l’évasement de la paraison et pour son assise, ni d’évoquer l’imaginaire Gothique pour l’ornementation géométrique.

Calice en vermeil – 1853
Coupe lisse enchâssée dans un décor néogothique de vermeil et émaux. Pied à bulbe centré d’émaux.
Base polylobée à décor d’émaux bleu et blanc. Poinçon Minerve, orfèvre Marie Thierry Fils (d’Alexandre Thierry), 12 rue Ste Marguerite à Paris. Poids 659 grs, Haut. 24 cm.

La collection de Calices est à découvrir au Château Pape Clément, Grand Cru Classé de Graves.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-fameuse-collection-de-calices-du-chateau-pape-clement/feed/ 0
Bleu de Mer, l’élégance des vins du Sud de la France http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/bleu-de-mer-l%e2%80%99elegance-des-vins-du-sud-de-la-france/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/bleu-de-mer-l%e2%80%99elegance-des-vins-du-sud-de-la-france/#comments Wed, 23 Apr 2014 10:24:33 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2238 lire la suite]]> L’histoire de la vigne et du bassin méditerranéen se confondent, plus d’un million d’années auparavant, la vigne poussait déjà sous forme de lambrusques (vigne sauvage faisant partie de la sous-espèce de liane forestière de la famille des Vitaceae) n’ayant qu’une ressemblance lointaine et abstraite avec nos cépages modernes.

Malgré les longs débats en France et à l’international, le vin rosé ne possède pas de définition à part entière. Mais les usages se sont parfaitement adaptés à ce vide. La polémique d’aujourd’hui autour des mélanges de vin rouge et de vin blanc pour l’élaboration du rosé est l’occasion de rappeler la spécificité technique de ce produit. Le vin rosé est un vin issu de la fermentation alcoolique d’un moût (mixture obtenue après pression ou cuisson de raisins destinés à la fermentation) obtenu d’une macération pelliculaire préfermentaire maîtrisée de raisins noirs à jus blanc, s’agissant probablement du plus vieux vin de l’histoire.

Le vin rosé peut être un vin complexe tout comme un rouge ou un blanc. Mais « le rosé », comme on dit, est surtout synonyme d’été, de farniente, de plaisir et de convivialité. Du vent méditerranéen soufflant dans les plaines, au soleil du Sud rayonnant sur les vignes, voilà la recette qui m’a permis de créer et mettre en bouteille ce vin au goût de l’été, présentant une robe brillante, aux arômes intenses. Sa bouche fruitée et son agréable vivacité vous permettront de passer des moments chaleureux autour d’une assiette de charcuterie, de grillades, ou de fruits de mer. Ces moments où la seule chose qui compte est le plaisir, celui qui nous permet de nous évader, d’oublier, de fermer les yeux et de rêver au bord de mer…

L’appellation « Le pays d’Oc », appelée jusqu’en 2009 « Vin de pays d’Oc », est un vin d’Indication Géographique Protégée Régionale produit sur l’ensemble du vignoble du Languedoc-Roussillon. Le terme « langue d’Oc » apparaît en 1304 chez Dante, Poète, écrivain et homme politique florentin du Moyen Âge « Père de la langue italienne » il est avec Pétrarque et Boccace, l’une des « trois couronnes » imposant le toscan comme langue littéraire.

Textes et fouilles archéologiques ont confirmés qu’à l’ouest du Rhône, avant que n’apparaisse la Narbonnaise (Province de l’Empire Romain fondée dès 118 avant J.C) une viticulture s’y était développée. Rapidement, la colonisation romaine imposa la « méthode étrusque », ce qui conduit les vignes à être taillées de façon arbustive, en treille, en pergola et en ayant des arbres en point d’ancrage.

Au Moyen Âge, lors des grandes invasions, les vignobles, furent quasiment délaissés et le vin produit à partir des treilles du jardin ou de l’enclos[]. A partir de l’an 900, le Cartulaire du chapitre cathédral de Nîmes, fait nettement la différence entre les vignes basses et les vignes hautes. C’est au début du XVIème siècle que la culture de la vigne languedocienne étant devenue plus rentable que les céréales, permettant aux vignobles de redescendre en plaine. Durant la période contemporaine, et plus précisément en 1853, c’est l’arrivée du chemin de fer en Languedoc, qui permit à sa viticulture d’élargir ses débouchés.

Le vignoble qui produit « Bleu de Mer », en appellation Pays d’Oc, se situe dans le Languedoc et comprend 4000 pieds par hectare sur un sol argilo-calcaire. La conduite des vignes se fait par palissage et taille guyot. La vinification se fait par vendange mécanique, avec un pressurage pneumatique direct et un débourbage statique pour une fermentation en cuves inox à 17°C.

Notre belle région girondine n’est pas en reste quant aux paysages sauvages de bord de mer. En tant qu’amoureux du bassin d’Arcachon, comment ne pas être inspiré par ces couleurs mêlant le vert des pins, le blanc du sable fin et le bleu de l’océan qui vient s’échouer sur la dune du Pilat, plus haute dune d’Europe.

Il existe une embarcation typique du bassin d’Arcachon et du littoral gascon: la pinasse. Longue, étroite, à l’avant très relevée, elle est traditionnellement en bois de pin des Landes et à fond plat. Le mot pinasse ne vient pas forcément du fait qu’elles étaient construites en pin, même si cela semblerait assez logique. La racine serait plutôt « péniche » ou « pinace » du côté péninsule ibérique ou britannique. On peut lire dans sa structure plusieurs influences. Nordique pour le clin, Méditerranéenne pour les tollets, traversant le plat-bord, Basque pour le gréement, et Américaine pour le puits de dérive central.

C’est en faisant connaissance des artisans de ces chantiers navals qui construisent ces pièces uniques et sur-mesure, maîtrisant le travail du bois comme des orfèvres, un peu à la manière des tonneliers ou des luthiers de prestige tels Antonio Stradivari, que j’ai décidé de faire construire ma pinasse. Mais pas une pinasse ordinaire, une pinasse à voile. Aujourd’hui, la région compte seulement 21 pinasses à voiles.

Et quoi de plus logique que de la baptiser selon ce vin qui me tient à cœur : « Bleu de Mer ». Elle participera pour sa première mise à l’eau à la fameuse régate organisée par l’amicale des pinasseyres du Bassin en juillet 2014. J’aimerais qu’elle contribue à donner aux paysages propres du Bassin cette sorte de dépaysement que l’on ressent quand on les découvre pour la première fois, un symbole de liberté et un hommage au travail de l’homme.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/bleu-de-mer-l%e2%80%99elegance-des-vins-du-sud-de-la-france/feed/ 0
Le Stradivarius « Château Fombrauge » confié au brillant violoniste Nicolas Dautricourt http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/le-stradivarius-%c2%ab-chateau-fombrauge-%c2%bb-confie-au-brillant-violoniste-nicolas-dautricourt/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/le-stradivarius-%c2%ab-chateau-fombrauge-%c2%bb-confie-au-brillant-violoniste-nicolas-dautricourt/#comments Tue, 22 Apr 2014 10:16:14 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2223 lire la suite]]> Si j’ai fait l’acquisition en 2011 d’un violon Stradivarius, ça n’était pas pour qu’il reste caché et enfermé mais bien pour partager sa noblesse et sa sonorité unique, à la fois lyrique et charnue.

Après l’avoir confié, dans le cadre de ma fondation, l’Institut Culturel Bernard Magrez,  au jeune Matthieu Arama, premier violon de l’orchestre national de Bordeaux, c’est désormais à Nicolas Dautricourt, considéré comme l’un des violonistes français les plus brillants de sa génération, que j’ai choisi pour remplir cette mission qui me tient très à cœur.

Agé de 36 ans, Nicolas Dautricourt a obtenu le prix Georges Enesco de la Sacem. Il a été sacré révélation classique de l’Adami, au Midem. Il s’est également produit  avec des musiciens tels que Nicolas Angelich, Iouri Bachmet, David Guerrier, Bertrand Chamayou ou Anne Gastinel. Son répertoire va de pièces de Bach transcrites pour violon seul à des compositeurs contemporains (Ligeti, Webern) en passant par Mozart, les compositeurs romantiques (Schubert, Schumann…) ou le jazz.

Stradivarius est un nom de légende, celui du luthier le plus célèbre de l’histoire. Alors pour un violoniste jouer un violon de Stradivarius c’est jouer l’un des instruments les plus prestigieux qui soit. Antonio Stradivari souhaitait que le nouvel acquéreur d’un de ses violons lui choisisse un prénom.
Chaque jour, je ne peux m’empêcher de faire d’heureux rapprochements entre ce violon et mes vignes, et pas uniquement parce que je lui ai donné le nom d’un de mes grands crus classés (Saint-Emilion) : « le Château Fombrauge ».

Tout comme le vin et les cépages qui le composent, l’anatomie d’un violon est un miracle d’équilibre, une alchimie fine entre la volupté de ses courbes, la pureté du son de ses cordes et la fermeté de sa structure. La tête du violon, touche finale apportée par le luthier et marque d’élégance absolue, n’est d’ailleurs pas sans faire penser aux spirales de la vigne. Tout comme les reflets du soleil sur les grappes, le vernis du violon donne de la chaleur, de la profondeur, de la vie, le chatoiement du tempérament qui vibre au cœur de l’Homme.

Le violon, comme le vin, constitue une rencontre entre le réel et le métaphysique. Sachez que le morceau de bois qui transmet les vibrations de la table au fond de l’instrument se nomme « l’âme ». Et c’est la position de cette « âme » qui conditionne toute l’harmonie des sons produits. Là encore, le parallèle avec le vin séduit. En 1857, Charles Baudelaire écrivait son poème « L’âme du vin », dans lequel il donnait parole et vie à ce breuvage magique : « Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles… ». « Chantait », comme chantent les cordes des violons pour apaiser les Hommes.

Et l’homme ? Le luthier, lui, n’est pas seulement l’artisan qui a façonné l’objet, il est aussi le médecin du violon tout au long de sa vie tout comme le vigneron est le médecin de la vigne. Bien plus que son ouvrier, il est son éternel dévot.

Stradivarius a d’ailleurs fait l’actualité récente. En effet, un alto Stradivarius, conçu en 1719 et prénommé Macdonald, estimé à plus de 32,5 millions d’euros a été présenté à Paris la semaine dernière au enchères Sotheby’s.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/le-stradivarius-%c2%ab-chateau-fombrauge-%c2%bb-confie-au-brillant-violoniste-nicolas-dautricourt/feed/ 0
L’Olivier du Clos des Muraires http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/l%e2%80%99olivier-du-clos-des-muraires/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/l%e2%80%99olivier-du-clos-des-muraires/#comments Mon, 21 Apr 2014 09:45:20 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2218 lire la suite]]> J’ai fait l’acquisition du domaine Clos des Muraires, situé au cœur de l’arrière-pays varois, à mi-chemin entre Nice et Aix en Provence, parce qu’il bénéficie d’un incroyable potentiel qui a déjà conquis bon nombre d’œnophiles et de professionnels du vin.

Je produis sur ce domaine un vin d’une couleur rose pâle, aux arômes de fruits rouges frais, à la bouche élégante et fine, qui à ViniSud en 2011, a reçu le «coup de cœur» du Palais Méditerranéen. L’assemblage se compose de syrah, grenache, et cinsault. Dans l’ADN de ce vin, il y a toute la Provence. Une terre splendide. On est au cœur de l’arrière-pays Varois, la Provence. Région unique surplombée du Massif des Maures. Le vignoble est parfaitement orienté, le site est puissant. Le contraste entre cette montagne sauvage, sombre et puissante et ces terrasses, bien rangées, géométriques, révèle l’art du vigneron. Un travail méticuleux par des mains d’artisans.

Cette terre de Provence est aussi une terre d’olivier.

Véritables témoins d’un immense passé, ces arbres sont incroyablement chargés d’émotion et de force. Symbole de paix et de sagesse. L’olivier est un arbre éternel, permettant de nourrir les hommes, de soigner ses blessures, de guérir de tous les maux.

Le Château Pape Clément, Grand Cru Classé de Graves accueille 5 arbres de ma  collection d’oliviers millénaires, (Caracalla 1808 ans d’âge, Clovis 1609 ans d’âge, Saint-Benoit 1504 ans d’âge, Charlemagne 1310 ans d’âge, Hugues Capet 1064 ans d’âge). Chacun de mes autres grands crus classés possède également ses oliviers millénaires. C’est pourquoi j’ai également voulu que mon vignoble du Sud de la France, Clos des Muraires, nourrisse sur ses terres un de ces témoins vivants intemporels.

Celui-ci est un peu le petit frère des autres oliviers, car il est tout jeune ! Il n’a que 400 ans. Il vient de la région d’Alicante, sur la Costa Brava et s’acclimate très bien à sa nouvelle demeure provençale. Je réfléchis à son nom de baptême et je vous le ferai connaitre très vite.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/l%e2%80%99olivier-du-clos-des-muraires/feed/ 0
« L’Aurore en Gascogne. » Côtes de Gascogne, indication géographique protégée. http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/l%e2%80%99aurore-en-gascogne-cotes-de-gascogne-indication-geographique-protegee/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/l%e2%80%99aurore-en-gascogne-cotes-de-gascogne-indication-geographique-protegee/#comments Mon, 31 Mar 2014 14:06:01 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2206 lire la suite]]> La vigne s’implante en Gascogne à l’époque gallo-romaine et se développe tout au long du Moyen-âge. La Gascogne bénéficie d’un climat océanique (les précipitations sont réparties toute l’année) avec des influences méditerranéennes (l’hiver reste doux, l’été est chaud avec parfois des orages violents) et continentales (baisse des précipitations vers l’est).

La Gascogne (en gascon Gasconha) est une ancienne province située sur le territoire des départements actuels des Landes, du Gers, des Hautes-Pyrénées et, pour partie, d’autres départements des deux régions d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, constituant l’aire linguistique actuelle du gascon, dialecte occitan revendiquant une identité culturelle fondée sur son histoire évoluant de peuples aquitains de langue proto-basque vers un peuple de Gascons partageant un dialecte latinisé commun.

Appelée Aquitaine, Novempopulanie, Vasconie puis Gascogne, elle est forte de la diversité géographique de son territoire naturel, localisé entre Atlantique, Garonne et Pyrénées.

Historiquement le duché de Gascogne traversait le Sud-ouest de la France de la Garonne aux Pyrénées et à l’océan Atlantique en remontant jusqu’à Bordeaux mais à l’exclusion des comtés du Béarn et du Pays Basque (Pyrénées-Atlantiques).Vassal de la couronne française depuis la conquête de Clovis au Vème siècle, la Gascogne n’a que brièvement flirté avec l’indépendance au VIIIème siècle, quand le duc Gaifre tenta de former un État distinct Gascon.

Un siècle après cette révolte, le duché de Gascogne a été divisé en comtés distincts (y compris Chalosse, Armagnac, Comminges et Bigorre) lorsque la famille royale anglaise a pris possession du territoire de 1154 à 1450 suite au mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri Plantagenêt d’Angleterre.

C’est sous cette occupation anglaise que la production des vins de Bordeaux a augmenté : une forme d’agriculture introduite à l’origine par les Romains, et pour la même raison, l’exportation vers la mère patrie.

Entre le golfe de Gascogne et les Pyrénées, la Gascogne, pays de d’Artagnan, regorge de magnifiques paysages vallonnés à travers les chemins et sentiers de randonnées, les collines d’Armagnac, le vignoble gersois, les chemins de St Jacques de Compostelle.

Le décret du 13 septembre 1968 donne naissance aux vins de pays en les distinguant des vins de table et en y ajoutant obligatoirement le nom du département, d’où l’apparition du «vin de pays du Gers». Le nom de « vin de pays du Gers » est remplacé en 1974 par celui de «vin de pays des côtes de Gascogne», autorisé à être produit sur l’ensemble du département du Gers. Le syndicat des Producteurs de Vins Côtes de Gascogne est créé le 15 mai 1979. Le décret fournissant les conditions de production pour l’obtention de l’agrément «vins de pays des côtes de Gascogne» date du 25 janvier 1982, suivi de celui du vin de pays du comté Tolosan (s’étendant sur onze départements, dont le Gers), du vin de pays des côtes du Condomois (produit autour de la ville de Condom, dans le Nord-Ouest du Gers) et du vin de pays des côtes de Montestruc (produit autour du village de Montestruc-sur-Gers, dans le Nord du Gers).

La lueur qui précède le lever du soleil sur les vignes de Gascogne est un spectacle unique voire mystique.

Cette lumière au commencement du jour attise les couleurs naturelles de la végétation et des paysages. La brume qui s’élève dans l’atmosphère au petit jour, conséquence du climat océanique de la région, lui donne un caractère mystérieux et paisible.

Ce moment précis où il ne fait pas encore jour mais déjà plus nuit, c’est l’aurore. L’Aurore est au commencement, symbole de renouvellement, de nouveau départ, en résumé : une naissance.

C’est ainsi que j’ai décidé de baptiser ce vin cristallin dans lequel toute la typicité des vins de Gascogne s’exprime à travers les cépages de Colombard (80%) et de Chardonnay (20%). Ces cépages sont très prisés et particulièrement par la clientèle du marché américain. C’est pourquoi j’ai décidé de produire un vin blanc légèrement sucré et pétillant destiné à une consommation à l’apéritif ou avec des huitres ou du poisson par exemple. J’ai voulu un vin qui séduise par sa facilité et son plaisir à être consommé. Ce vin qui présente de belles et fraiches notes aromatiques, florales et fruitées, aux parfums d’agrumes et de fruits exotiques a tout pour vous plaire!

En appellation IGP Côtes de Gascogne, le vignoble se situe à Eauze et s’étend sur 5 hectares (4000 pieds/ha) avec des vignes âgées de 30 ans. Le sol est argilo-calcaire, sur molasses et bancs calcaires. La conduite des  vignes se fait en viticulture raisonnée avec enherbement majoritaire et opérations en vert. La vinification se fait en macération pelliculaire à froid et pressurage pneumatique. L’élevage en cuve inox, à froid et sous CO2 pour maintenir le profil aromatique de ce vin original et frais.

« De son berceau de brume à peine avait paru l’Aurore aux doigts de rose. » Homère, L’Odyssée, II, 1.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/l%e2%80%99aurore-en-gascogne-cotes-de-gascogne-indication-geographique-protegee/feed/ 0
La semaine des primeurs au Château Pape Clément. Du 31 mars au 4 avril 2014. http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-semaine-des-primeurs-au-chateau-pape-clement-du-31-mars-au-4-avril-2014/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-semaine-des-primeurs-au-chateau-pape-clement-du-31-mars-au-4-avril-2014/#comments Sat, 29 Mar 2014 10:19:18 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2232 lire la suite]]> Au Château Pape Clément, Grand Cru Classé de Grave,  la semaine des primeurs va commencer ce lundi 31 mars. Cette semaine est assurément l’une des plus chargées de l’année. Tradition bordelaise oblige, durant la semaine prochaine, vous pourrez venir découvrir le millésime 2013 de mes vins.

Pour faire déguster les visiteurs français et étrangers que nous recevons au Châteaux Pape Clément, nos équipes  devront produire pas moins de 250 échantillons millésimes 2013.

Cette campagne primeur s’annonce « capitale », en effet, chaque année à la même époque elle permet aux professionnels et aux journalistes spécialisés du monde entier de déguster le dernier millésime encore en cours d’élevage dans nos chais à travers le monde.

Pour que cette semaine se déroule au mieux et que nos invités soient comblés, l’organisation se doit d’être sans faille. La tente, les repas, l’expédition des vins, leur disposition dans la salle de dégustation, tout doit être parfait !

Ce n’est pas seulement le millésime 2013  qui va être jugé durant cette semaine, c’est aussi notre capacité à accueillir et satisfaire nos hôtes.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/la-semaine-des-primeurs-au-chateau-pape-clement-du-31-mars-au-4-avril-2014/feed/ 0
« Un drone pour filmer les vignes, mais pas seulement… » Reportage Journal de 13h sur TF1 http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/un-drone-pour-filmer-les-vignes-mais-pas-seulement%e2%80%a6-reportage-journal-de-13h-sur-tf1/ http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/un-drone-pour-filmer-les-vignes-mais-pas-seulement%e2%80%a6-reportage-journal-de-13h-sur-tf1/#comments Thu, 27 Mar 2014 08:17:43 +0000 Bernard Magrez http://www.blog-bernard-magrez.com/?p=2185 lire la suite]]> Le 22 mars à 13h20

Près de Bordeaux, un propriétaire viticole vient de s’équiper d’un drone, non pas seulement pour tourner des images magnifiques de ses vignes, mais pour mieux surveiller ses vignes et optimiser ainsi le travail. L’engin, 100% français, représente un lourd investissement de 50.000 euros.

Voir le reportage.

Share

]]>
http://www.blog-bernard-magrez.com/actus/un-drone-pour-filmer-les-vignes-mais-pas-seulement%e2%80%a6-reportage-journal-de-13h-sur-tf1/feed/ 0